Les cigarettiers passent à l’e-cigarette

Le tabac et la nicotine des cigarettes traditionnelles sont aujourd’hui de plus en plus montrés du doigt pour tous leurs aspects négatifs sur la santé de l’homme et pour l’addiction qu’ils engendrent.

Même si les grands groupes industriels cigarettiers tentent d’opposer un maximum de résistance dans la guerre ouverte contre eux par les responsables de la santé publique, notamment en faisant pression sur les hommes politiques pour qu’ils limitent les lois anti-tabacs, ou retardent leur parution et leur application, ils savent bien qu’ils ne gagneront pas la partie. Ils opèrent donc un virage, une reconversion en quelque sorte, en s’intéressant au marché des e-cigarettes sur lequel ils n’ont pas été présents jusqu’à aujourd’hui, une erreur qu’ils espèrent pouvoir réparer rapidement.

Les plus grands noms du tabac, Philip Morris International, Reynolds Tobacco, Lorillard Tobacco Company, notamment, investissent en toute hâte, des millions de dollars, dans le secteur de l’e-cigarette, pour tenter de rattraper l’avance que les petites entreprises qui se partagent actuellement le marché, ont prise.

Les mesures anti-tabac et le revirement des principaux groupes cigarettiers inquiètent les petits producteurs de tabac, des familles qui cultivent ces plantes depuis des générations. Mais certains états américains, la Virginie principalement, sont également perplexes face à cette évolution, car ils ont appuyé toute leur économie sur le tabac, depuis la culture de la plante jusqu’à la production et l’expédition des paquets vers le monde entier.

Même si les gouvernements tentent déjà d’encadrer le vapotage par des textes proches de ceux qui réglementent la cigarette, le marché de l’e-cigarette connaît un développement exponentiel et le chiffre d’affaires des petites entreprises indépendantes qui se sont lancées dans ce créneau, double pratiquement tous les ans.

La prise de conscience de la nécessaire modification des politiques de produits, amorcée depuis peu chez les cigarettiers, passe déjà à la vitesse supérieure. Ainsi, pour ne donner que deux exemples, le groupe Reynolds Tobacco lance sa cigarette électronique, nommée « Vuse », et le groupe Lorillard la sienne, sous le nom de « Blu ». Ces produits mis sur le marché des Etats-Unis passeront bientôt les frontières pour envahir la planète, car ces mastodontes de l’industrie ont des moyens financiers énormes et attribuent déjà des budgets publicitaires colossaux à leurs produits. Ils espérent ainsi écraser rapidement les entreprises installées actuellement sur le marché et les anéantir pour s’octroyer, sur ce créneau, les bénéfices qu’ils sont en train de perdre sur celui du tabac et de la cigarette traditionnelle. Ils n’hésitent pas à faire appel à des vedettes pour tourner des clips publicitaires, car, contrairement au tabac, la publicité pour l’e-cigarette n’est pas encore encadrée par la loi, pas encore interdite. Au travers de leurs spots publicitaires ils tentent de véhiculer des valeurs positives comme la liberté du vapoteur ou l’expertise de leurs entreprises plus que centenaires. Ces grandes entreprises ont aussi un savoir-faire publicitaire qu’elles ont rôdé lorsque la publicité pour les cigarettes traditionnelles était autorisée. Il leur suffit donc de reprendre et développer ce service en l’adaptant à leurs nouveaux produits.

Les cigarettiers ont, semble-t-il, bien compris et retenu la leçon du passage à l’électronique dans un autre domaine économique, celui de la photographie, qui a coûté cher à quelques grands noms de l’industrie de la pellicule qui n’ont pas pris à temps le virage, et ils ont donc décidé de mettre tout en œuvre pour rester les maîtres sur ce marché de la fumée devenu le marché de la vapeur.

Pour plus d’infos: http://www.mytriggers.com/